Photographie en mer : les accessoires qui comptent !

Spread the love

Je complète mon précédent article sur le choix du boitier et des objectifs par la question des accessoires : carte mémoire, filtres, batteries, trépied, sacoche… Comme je ne parle que de ce que je connais et donc de mon Pentax K30, certains accessoires évoqués lui sont spécifiques mais vous pourrez je pense extrapoler le propos si vous avez un Canon, un Nikon ou autre…

Shooter

  • Stockez vos images en toute sérénité

Avec un appareil « tout terrain » comme pour un équipement pro, le choix de la carte mémoire doit être qualitatif : elle doit supporter humidité, chocs et variations de température. Personnellement je laisse les cartes CF aux pros et prend des cartes SD (HC ou XC) de classe 10 dans des marques réputées pour la photo (Lexar et Sandisk version Extreme), qui présentent de bons compromis de fiabilité et de vitesse de lecture/enregistrement.

Je ne prends pas plus de 32 Go de mémoire pour l’instant car je préfère ne pas mettre tous les oeufs dans le même panier et en avoir plusieurs, plutôt qu’une seule de grande capacité. Une mésaventure au Québec sur le Saint-Laurent m’a servi de leçon : le climat particulièrement humide et froid, couplé aux chocs du zodiac sur l’eau, avait eu raison de la carte embarquée dans mon appareil. Au moment de photographier les baleines qui batifolaient sous nos yeux, j’étais bien contente d’avoir une carte de secours !

  • Les accessoires utiles en complément

Le pare-soleil est livré généralement avec les objectifs, mais l’adaptateur pour piles est un accessoire qu’il faut acheter à part. Là aussi il faudra acheter des piles dignes de ce nom pour assurer un bon fonctionnement de l’appareil… Par ailleurs prévoir une ou deux batteries de réserve n’est pas idiot. De même une télécommande pour l’animalier ou les selfies peut être utile !

Quant au support de l’appareil, en mer c’est quasiment un non sujet. A part les trépieds souples de type « pieuvre » qui se mettent en forme pour fixer l’appareil sur un winch par exemple ou un meuble, il est illusoire d’utiliser un trépied ou un monopode. Ce dernier peut être très utile par contre en randonnée, à terre. Un trépied n’y servira que pour des images sophistiquées (pauses longues, animalier etc) ou pour filmer une scène… Dans le doute, j’ai personnellement acheté un deux-en-un : trépied et monopode alu à tête 3D, avec niveaux à bulle, pas très lourd, polyvalent et pas hors de prix (moins de 100 euros pour un Hama Profil Duo II).

Côté filtres j’ai suivi les conseils qu’on m’a donné : acheter un filtre neutre, un anti-uv pour les photos sans reflets aquatiques, et un filtre polarisant pour les photos sur l’eau. Grâce à la plage ISO exceptionnelle du K30 je ne m’embarrasse pas pour l’instant d’un flash. L’avenir – ou vos commentaires – me diront si j’ai tort… Mon point de vue pour l’instant est qu’il faut stocker tous ces accessoires… et donc les limiter !!!

  • Quelle protection pour le transport ?

Si pour stocker mon matériel à l’intérieur d’un habitacle j’ai juste prévu quelques mousses à ajouter dans une sacoche photo standard, la question d’une relative étanchéité se pose à l’extérieur. Sur un bateau, les phases de transition entre deux embarcations – par exemple vers l’annexe – et entre mer et terre peuvent être sujettes à un déséquilibre et à une chute du matériel dans l’eau. C’est encore plus vrai forcément en kayak ou jet ski… La encore il va falloir arbitrer, entre trois solutions présentant des avantages et des inconvénients :

vous pourrez être rassurés par l’étanchéité parfaite des valises de type Pelican, mais pas emballés par leur prix (élevé) et ni par leur praticité : elles sont encombrantes donc pas faciles à trimballer en balade ni ouvrir pour saisir son appareil « à la volée ! »

– les sacs à dos étanches (certains sont spécifiques à la photo) sont aussi une solution. Mais là encore l’étanchéité se paie par la difficulté d’accès à l’appareil, un prix encore assez élevé et le fait que votre dos ne puisse alors servir à transporter autre chose (un pique nique par exemple :-)))

enfin les besaces « tous temps » ou dites « étanches » ont l’avantage d’être portées en bandoulière, d’être peu encombrantes et abordables (moins de 100 euros). On  saisit l’appareil très facilement pour faire des photos, et le risque de chute à l’eau est limité puisqu’on porte le sac sur soi et non à la main. Seule l’étanchéité relative est un handicap en cas de « camera over board »… Mais avec un K30 on peut espérer qu’une immersion courte ne soit pas fatale à l’appareil, une fois bien rincé à l’eau douce et séché. C’est l’option que j’ai retenue pour mon usage en voilier, en prévoyant quelques stocks de sachets de désiccant…

Même si j’ai pas mal lu et pris d’infos pour faire mes choix, ils restent discutables. Alors n’hésitez pas à partager votre avis en écrivant ci-dessous un commentaire !!

Crédits photos : Jhong Dizon via Compfight

Laisser un commentaire