Home Sécurité Santé en voyage : deux ou trois choses à savoir

Santé en voyage : deux ou trois choses à savoir

2

En voyage, prendre des précautions pour couvrir ses frais de santé voire d’hospitalisation est crucial. En effet dans beaucoup de pays cela peut vous coûter des milliers voire des dizaines de milliers d’euros ! Petite revue du périmètre de couverture de notre chère Sécurité Sociale française…

20140313-184848-DSC03961

  • Les enjeux d’une bonne couverture médicale

En voyage il est important de tout faire pour rester en forme (cf un petit rappel dans l’article paru ici). Avoir une couverture médicale à l’étranger l’est tout autant. Dans les cas cités par de grands assureurs, citons celui d’une fracture du tibia à Antalya, qui a coûté plus de 16.000 euros de soins à la victime… ou d’une appendicite pour laquelle il a fallu débourser près de 49.000 dollars à Miami. Aux Etats-Unis une simple consultation peut coûter 250 dollars !

Pour bénéficier d’un remboursement sur des frais médicaux et d’hospitalisation d’urgence à l’étranger, il faut relever obligatoirement d’une caisse primaire d’assurance maladie. Pour nous Français, le jeu va donc consister à profiter au maximum de la couverture de la Sécu et à prendre en complément une assurance santé de niveau 2 (auprès d’assureurs ou d’assisteurs). Puis quand la couverture de la sécurité sociale prendra fin, par exemple après un an de navigation, il faudra  :

  • soit cotiser auprès de la Caisse des Français à l’Etranger, la Sécu des expatriés (CFE) et garder une assurance complémentaire de niveau 2.
  • soit prendre une assurance santé globale qui couvre la totalité (niveau 1 et 2), à savoir le régime obligatoire et le reste à charge.

A vous de comparer les options car en fonction de votre statut, de votre âge voire de votre état de santé, les tarifs peuvent être très divers (entre moi et mon chéri par exemple, du fait d’une certaine différence d’âge, c’est pratiquement du simple au double).

Notez que cela se complique si vous cherchez en parallèle une assurance responsabilité civile individuelle (que vous n’aurez plus si vous n’assurez plus une maison, puisqu’elle est liée à cette assurance) et une assurance rapatriement. En effet les grands assisteurs (Mondial, Fidélia, Europe Assistance…) proposent des packages pour la RC et/ou le rapatriement incluant la santé mais avec des périmètres très divers… Il faut donc bien regarder ce qui est proposé, d’autant que votre portefeuille va faire grise mine, car ces assurances coûtent cher. Mais là n’est pas le sujet, on en reparle dans cet article récapitulatif sur les assurances, que vous trouverez ici

  • Quelle est l’étendue de la couverture de la Sécu ?

Le droit aux prestations de la Sécu est subordonné soit au versement d’un certain montant de cotisations, soit à un nombre d’heures de travail durant chaque période de référence. Tant que vous travaillez, vous cotisez, ce qui vous donne droit si vous travaillez depuis longtemps à au moins un an de sécurité sociale au moment où vous partez en voyage.

Comme les calculs des droits sont compliqués, selon le nombre d’années travaillées et les montants cotisés, il faut vous rendre à votre caisse de Sécurité Sociale pour savoir exactement jusqu’à quand vous avez des droits. Personnellement j’ai découvert que j’avais droit à un an de couverture correspondant à mes cotisations de l’année précédente, plus 183 jours dont on ne m’a pas précisé l’origine… et donc globalement à une couverture d’un an et demi !

Côté périmètre géographique, la sécurité sociale nous assure en France et dans les Dom Tom et nous permet de bénéficier du tiers payant. Si vous voyagez en Europe vous avez les mêmes droits mais vous devrez avancer les frais. Surtout vous devrez avoir avec vous – et donc avoir demandé – la carte européenne d’assurance maladie (qui remplace le fameux formulaire E111). C’est elle que vous donnerez au médecin qui vous soignera à l’étranger, pour que la prise en charge soit effective.

Hors de France, Europe et Dom Tom, vous pouvez encore être remboursé des frais, mais uniquement pour les soins médicaux urgents et imprévus. Vous devrez néanmoins les avancer. Pour espérer être remboursé, il faut garder :

  • les prescriptions
  • les factures des soins acquittées
  • les justificatifs de paiement
  • mais aussi les justificatifs du voyage (billets, facture de séjour etc)
  • puis faire les démarches à votre retour en France auprès de votre caisse d’Assurance Maladie.

Sur le site Ameli vous trouverez le formulaire de soins à l’étranger S3125 (« Soins reçus à l’étranger ») à imprimer et les justificatifs à joindre. Il est prudent d’en prendre un exemplaire à bord !

Attention le remboursement n’est pas systématique ! Au vu des justificatifs le médecin conseil du service médical de la Sécu appréciera le degré d’urgence des soins et vous accordera (ou non) leur remboursement. Autant dire que ce n’est pas pendant votre année sabbatique qu’il faut vous faire refaire le nez ou poser un bridge ! Et pour les pays où les frais de santé sont astronomiques (USA, Canada, certains pays asiatiques…), il est plus qu’utile de compléter la couverture aléatoire de la Sécurité Sociale française par une assurance santé voyage (de niveau 2 cf supra) !

Si vous travaillez pendant votre voyage, en France ou dans les Dom-tom, et que vous cotisez, pensez à regarder si vos droits à la Sécu sont prolongés. Il faudra pour cela contacter la caisse d’Assurance Maladie à laquelle vous êtes inscrit(s), car cette mise à jour ne peut être effectuée que par la caisse dont vous dépendez géographiquement (pour nous par exemple c’est la Caisse de Charente Maritime).

Besoin d’un éclaircissement, une question à poser ? Utilisez les commentaires et partagez avec la communauté !

Crédit photo :  MPD01605 via Compfight

2 COMMENTS

  1. Bonjour,

    je m’adresse à vous à travers une rubrique « commentaire » car je n’ai pas trouver comment écrire directement …
    Je prépare un voyage d’un an moi aussi (28 ans après le premier) et moi aussi sur un voilier « Moana », on est donc fait pour se rencontrer. Mon Moana est un « aquavit » de 40 ans, plan Harlé.
    Pour ce premier contact, juste une question : vous êtes équipé de bouteille camping gaz : vous avez trouvé des recharges partout ???
    Je vais surement avoir d’autres questions, alors comment vous joindre directement (si ça ne vous dérange pas bien sur) ?
    Au plaisir de communiquer sinon de se voir, je vous ai loupé en direct au grand pavois le jour ou je suis passé. Francis

    • Bonjour Francis, merci de votre commentaire qui nous conforte. L’aventure en famille est autrement plus engageante et j’imagine que nous aurions beaucoup à partager. Pour ce qui concerne votre demande sur le camping gaz je vais répondre dans un post aujourd’hui même. Je préfère partager avec tous les lecteurs les réponses que nous avons à chaque question, d’abord parce que cela évite les redites, ensuite parce que les autres marins commentent et peuvent enrichir le débat (nous n’avons pas la science infuse !!!).
      Si vous souhaitez des conseils par mail ou téléphone, ce sera plus difficile car nous avons des dizaines de demandes de ce type et nos journées ne faisant que 24 heures, nos WE que deux jours et nos vies professionnelles n’étant pas reposantes (vous voyez le délai avec lequel je vous réponds !!) c’est impossible pour nous de faire face.
      Bien cordialement, Florence.

Laisser un commentaire